La société d’exercice libéral à responsabilité limitée a le vent en poupe. Cette tendance nous ferait croire que cette forme de société est nouvelle. Il n’en est rien : la loi n°90-1258, qui a enfanté la Selarl remonte à 1990 ! C’était il y a déjà 30 ans.

Aujourd’hui de nombreux praticiens choisissent d’exercer en Selarl pour plusieurs raisons.

L’ère est tout d’abord au développement des cabinets de groupe, qui impliquent l’intégration de plusieurs associés. Or selon le principe de l’unicité de la collaboration, un praticien titulaire ne peut avoir qu’un seul collaborateur. L’association de jeunes praticiens est donc facilitée par leur intégration via la Selarl. Faut-il encore qu’il y ait un véritable projet d’association sinon la Selarl se transforme en une auberge espagnole où les associés aussitôt rentrés sont aussitôt sortis avec les toutes les complications que cela est susceptible d’entraîner d’un point de vue pratique, organisationnel et juridique.

Date

7 octobre 2020

lire la suite sur :

DentalEspace

Catégorie

Revue de presse